#43- Shirley Billot: Kadalys, première marque de cosmétologie naturelle aux actifs de bananier !!!

Bienvenue sur “Débrouillard”, je suis Guy Berthol Tegueu et je vous propose chaque Mardi sous forme de discussion sans filtre de rencontrer ensemble, les entrepreneurs, sportifs ou artistes qui se sont construits par eux-mêmes et qui ont réussi (et échoué), afin de nous immerger dans leur univers.

Abonnez-vous pour recevoir les prochains épisodes du podcast. 🙂

Découvrez mon autre podcast “10.000 Codeurs vous aurez l’opportunité d’en savoir plus sur les Jeunes, les Experts et les sponsors acteurs de la “Triangulaire” 10.000 Codeurs, notre modèle d’Education et Insertion de la jeunesse Africaine dans les métiers du numérique..

L’épisode de la semaine

#43- Shirley Billot: Kadalys, première marque de cosmétologie naturelle aux actifs de bananier !!!

Il y a des épisodes qui donnent la patate, des épisodes avec des gens profondément humains. L’épisode de cette semaine tombe dans cette catégorie. Pour le 43ème enregistrement de Débrouillard j’ai eu l’honneur d’interviewer Shirley Billot, l’un des cerveaux qui se cache derrière SHB SAS qui révolutionne l’industrie de la cosmétologie via Kadalys.

J’ai adoré la sincérité de Shirley, qui ne réinvente pas l’histoire, pas de story telling, pas de bullshit.

“L’idée de base de Kadalys: Récupérer des déchets de bananes et bananiers pour en faire des ingrédients à haute valeur ajoutée pour des actifs cosmétiques inédits les « Musactifs ». Ces actifs sont de véritables boucliers anti-âge concentrant les précieuses molécules du bananier. Ils préservent la jeunesse de la peau et favorisent la synthèse du collagène et de l’élastine.”

Lorsque Shirley a fait ce Spitch au président de la filière banane en Martinique, celui-ci l’a résumé en gros à: “elle veux faire de la beauté avec des bananes moches” 😄

Plus sérieusement, Shirley est une formidable entrepreneure martiniquaise passionnée de cosmétologie et amoureuse de la culture créole qui, avec Kadalys souhaite valoriser la pharmacopée traditionnelle de sa région et mettre en place une filière d’extraction circulaire à haute valeur ajoutée. En alliant innovation, authenticité et raffinement, elle réalise une prouesse qui lui vaut plus de huit récompenses « beauté » en deux ans et une entrée remarquable chez Station F, le plus grand incubateur de startup au monde.

Écoutez l’épisode sur Apple Podcast
Écoutez l’épisode sur Spotify

Elle en a profité pour me faire un rapide cours d’histoire sur l’origine et le pourquoi des plantations de bananiers pendant la période coloniale dans les Antilles et le parallèle avec les plantations de cannes à sucre.

Bref, c’est avec beaucoup d’humour et de sincérité qu’elle me raconte sa folle aventure et qu’elle me confie son petit scoop, l’ouverture de ses bureaux dans un nouveau continent : mais si vous croyez que je vais spoiler comme ça…
Alors n’hésitez pas à la féliciter (et à lui donner beaucoup de feedback sur cet épisode, elle adore ça … et moi aussi !).

J’espère que cet épisode vous plaira autant qu’à moi, j’attends vos retours avec grande impatience !

Les réferences de l’épisode :

#ShirleyBillot #Kadalys #SHBSAS #STATIONF #Loreal #LorealParis #G20YEAFRENCHDELEGATION #LOREALPROGRAM #GuyBertholTegueu #Podcast #Débrouillardpodcast #Débrouillard

🙏 N’oubliez pas de partager, c’est simple et ça m’apporte beaucoup, et AUSSI de laisser un gentil commentaire sur iTunes avec 5 étoiles 🙂

Si vous cherchez une armée de passionnés et d’experts pour vous accompagner dans la recherche d’un nouvel emploi, ce peu importe que vous soyez un étudiant en phase terminale et sur le point d’embrasser le monde de l’emploi, un employé dont l’employeur actuel ne répond plus aux attentes, ou tout simplement une personne qui veut booster sa carrière ou renégocier son salaire → superseducteurderecruteurs@debrouillardpodcast.com

À propos de moi : je suis Guy Berthol Tegueu hôte des podcasts Débrouillard et 10.000 Codeurs => abonnez vous à ma newsletter pour les recevoir chaque Mardi à 17h00

Découvrez les précédents épisodes de “Débrouillard”